GRRRRR………….

 

De : electron.libre-ow...@ml.free.fr
[mailto:electron.libre-ow...@ml.free.fr] De la part de Guy Revel
Envoyé : jeudi 13 octobre 2011 17:53
À : electron.libre@ml.free.fr
Objet : [electron.libre] Salon de Prague, dix-huitième partie: les radios

 

Salut,

Je ne vais pas seulement vous présenter la Jeti, mais aussi la Futaba 18 MX
car ces deux radios ont beaucoup de points en commun.
Ces radios m'ont fait immédiatement la même impression qu'en photo du
matériel pro comparé à du matériel grand public, même étiqueté semi-pro, et
c'est un domaine où la différence de prix en passant d'une catégorie à
l'autre est au moins aussi importante que pour les radios, sinon plus.
Le matériel pro est fait pour résister à un usage intensif dans les
conditions les plus difficiles tout en minimisant la moindre éventualité de
panne. Un objectif photo pro est en métal, même s'il est plus lourd ainsi,
alors qu'un objectif semi-pro est en Lexan, à la fois plus léger et moins
coûteux. Un boîtier photo pro est généralement en magnésium afin, à la fois
de gagner du poids et de résister à pratiquement n'importe quel choc ou
chute.

C'est la même chose avec les radios Jeti et Futaba MX. Chez Futaba, par
exemple, le matériel haut de gamme est produit dans l'usine de Chiba, au
Japon, même si c'est plus coûteux, avec des composants de qualité
professionnelle, eux aussi, de manière à se rapprocher du "zéro défaut" qui
est l'objectif constant de la production japonaise. Les radios courantes de
la marque sont produites dans différentes autres usines asiatiques et
certains d'entre vous savent probablement qu'en dépit d'une direction et
d'une maîtrise japonaise, cet objectif n'est qu'un objectif (sans jeu de
mots) avec une main d'oeuvre chinoise, thaïlandaise ou vietnamienne.

Il est un autre facteur qui influe sur le prix : la quantité produite. Une
règle bien connue de l'industrie est qu'on divise le prix de revient par
deux chaque fois qu'on multiplie la quantité produite par dix. Alors que les
radios courantes de Futaba sont produites à des centaines de milliers
d'exemplaires, les radios de haut de gamme ne le sont qu'à quelques
milliers. Voilà qui explique que les radios "pro", que ce soit de Jeti ou de
Futaba, sont dans un autre domaine de prix que les autres.Tous les pilotes
qui font sérieusement de la compétition le savent bien, mais il y a aussi
parmi les utilisateurs potentiels tous ceux qui font voler des modèles
qu'ils considèrent comme précieux, et un tout-plastique de 4 m ou un avion
de 3 m le sont sans le moindre doute, ils coûtent beaucoup plus que la radio
qui va servir à les piloter, il y a enfin tous ceux qui veulent du matériel
de haut de gamme pour la simple raison qu'il faut que ce soit du haut de
gamme. Pour toutes ces raisons, il ne fait aucun doute que tant la Futaba 18
MX que la Jeti se vendront fort bien et feront des utilisateurs heureux et
satisfaits.

Une anecdote pour illustrer : lorsque la première radio Futaba programmable
CM-Rex est sortie en France,  elle semblait être si chère (plus que le
Futaba et Jeti dont il est question ici) que l'objectif de ventes pour
l'année avait été fixé à 300 exemplaires.
Il s'en est vendu 2000.

Et comme ça m'amuse de vous faire attendre,  je ne vous montrerai ces radios
en photos que dans mon prochain message :-D

Guy R.



Répondre à