Sa mai vedem si alte exemple de rasism, modele de intoleranta, exterminari in 
masa etc...marca nord-americana.

Aici se gaseste articolul intreg pt. cei interesati! 
http://www.un.org/french/WCAR/e-kit/indigenous.htm


"Le racisme a été traditionnellement un drapeau servant à justifier les 
activités d'expansion, de conquête, de colonisation et de domination, et il a 
marché main dans la main avec l'intolérance, l'injustice et la violence."
       - Rigoberta Menchú Tum, dirigeante autochtone du Guatemala et prix Nobel 
de la paix
       "Le problème du racisme au seuil du XXI siècle"

"Le spectre du racisme" : le racisme et les peuples autochtones 
Version pour imprimante   


Les historiens et les universitaires s'accordent à reconnaître que la 
colonisation du Nouveau Monde a vu des formes extrêmes de racisme : massacres, 
marches forcées, " guerres indiennes ", liquidation physique par l'inanition et 
la maladie. Aujourd'hui, de telles pratiques seraient qualifiées de nettoyage 
ethnique et de génocide. Ce qui paraît encore plus effroyable à un esprit 
contemporain, c'est que la soumission des autochtones du Nouveau Monde était 
sanctionnée par la loi. " Lois " de " la découverte ", de " la conquête " et du 
principe terra nullius qui ont constitué les " doctrines du dépouillement ", 
selon Erica Irene Daes, présidente/rapporteuse du Groupe de travail des Nations 
Unies sur les populations autochtones, dans une étude sur les peuples 
autochtones et leur relation avec la terre.

(.............)

 

Une discrimination " bien intentionnée " : son coût

(......................................................................)

Aux Etats-Unis et au Canada, les enfants indigènes ont été envoyés dans des 
internats de triste mémoire, dont l'existence a persisté jusque dans la seconde 
moitié du xxe siècle. Leur langue, leur religion et leurs croyances culturelles 
étaient souvent tournées en ridicule. Il leur était interdit d'employer des 
mots indigènes, ce qui exposait souvent à un châtiment physique, afin de 
contraindre un enfant indien entêté à apprendre à bien parler anglais. Tout 
contact avec les parents et le reste de la famille était souvent découragé, 
voire prohibé. Dans les pires exemples, pour décourager les fuites, on disait 
aux enfants que leurs parents étaient morts, qu'ils n'avaient pas de foyer où 
retourner ou, à l'inverse, on disait aux familles que leurs enfants étaient 
morts pour décourager la visite des parents. Par un cruel retour des choses, 
ces mensonges se sont parfois avérés prophétiques : il y eut des cas où les 
enfants se sont enfuis en plein hiver, vêtus seulement de leur chemise de
 nuit, espérant trouver le chemin de leur maison. On suppose aujourd'hui qu'ils 
sont morts de froid, car leurs parents n'ont jamais pu les retrouver. A une 
époque plus ancienne, de tels actes étaient justifiés comme conformes à " 
l'intérêt bien compris " de l'enfant indien/aborigène, dans le but d'améliorer 
ses chances dans le monde moderne. L'objectif était de l'assimiler. La valeur 
inhérente aux cultures et savoirs autochtones n'était pas reconnue. Dans des 
zones isolées, certains internats ont attiré des enseignants et un personnel 
empressés à abuser des enfants. La preuve a été faite qu'ils furent très 
souvent victimes de violences physiques et sexuelles. En Amérique du Nord, à 
mesure que ces violences ont été révélées, l'identité des victimes a été 
établie et on s'est parfois efforcé d'offrir des remèdes et de punir les 
coupables.

L'Organisation des Nations Unies s'attaque au problème de la discrimination 
contre les populations autochtones

L'Organisation des Nations Unies a pour la première fois fixé son attention sur 
les problèmes des peuples autochtones dans le contexte de son action contre le 
racisme et la discrimination. (..............)

Rétribution : revendications territoriales, entre autres choses

 (...........................)Dans un cas particulièrement difficile, le 
gouvernement fédéral a poursuivi en justice l'Etat de New York pour avoir 
acquis et vendu illégalement des terres appartenant à la nation Oneida; terres 
aujourd'hui occupées par des milliers d'Américains propriétaires de leur 
domicile et que cette situation bouleverse. Tandis que la nation Oneida a 
affirmé avec insistance depuis le début qu'elle n'a aucune intention de 
s'emparer d'un terrain quelconque ni d'expulser qui que ce soit, l'émotion est 
très forte. Certaines personnes ont été menacées de mort. 

Les Cayugas, les Senecas, les Mohawks et les Onondagas - qui sont tous des 
Haudenosaunee, ou membres de la Confédération des Iroquois, ainsi que la nation 
Oneida - ont tous des revendications territoriales dans l'Etat de New York. 
Comme la population de l'Etat de New York est beaucoup plus dense que dans bien 
d'autres secteurs du " pays indien ", ces demandes pourraient s'avérer 
difficiles à résoudre à la satisfaction de tous.

La réserve Pine Ridge, dans le Dakota du Sud, est le comté le plus pauvre des 
Etats-Unis. C'est aussi dans les Etats du Middle West que les Américains 
indigènes suscitent le racisme le plus visible. L'accusation a été souvent 
lancée qu'il y a deux justices, l'une pour les indigènes et l'autre pour les " 
Blancs ". Les indigènes disent que les délits dont ils sont victimes - y 
compris ceux où il y a homicide - ne font l'objet que d'une enquête 
superficielle, tandis que les délits commis contre les " Blancs ", et que l'on 
impute à des indigènes, sont poursuivis avec férocité. Et, tous les jours, un 
racisme qu'on croyait ne plus exister que dans le souvenir s'exprime encore - 
mais ce sont les indigènes qui en font les frais. Il n'y a sans doute plus de 
ségrégation sur les comptoirs de cafés du Sud, mais les indigènes disent qu'ils 
ne sont pas surpris quand on refuse de les servir dans un café. Cependant, ces 
expériences des indigènes qui vivent dans le pays indien sont ignorées de la
 grande majorité des citoyens américains. Ce qui conduit à poser une autre 
question : le racisme contre les indigènes a-t-il moins de chance d'appeler 
l'attention des médias de grande diffusion? 

La Conférence mondiale contre le racisme

Les problèmes qu'affrontent les populations autochtones occuperont la première 
place à l'ordre du jour de la Conférence mondiale contre le racisme, la 
discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée, qui 
doit se tenir du 31 août au 7 septembre à Durban (Afrique du Sud). A cette 
réunion, la communauté internationale devrait élargir ses perspectives à 
l'immense variété des formes contemporaines de racisme et de discrimination. Le 
titre de la conférence dit clairement que la lutte contre le racisme n'est pas 
seulement une affaire de couleur.


                
---------------------------------
 Découvrez le nouveau Yahoo! Mail : 250 Mo d'espace de stockage pour vos mails !
Créez votre Yahoo! Mail

[Non-text portions of this message have been removed]



------------------------ Yahoo! Groups Sponsor --------------------~--> 
Give the gift of life to a sick child. 
Support St. Jude Children's Research Hospital's 'Thanks & Giving.'
http://us.click.yahoo.com/lGEjbB/6WnJAA/E2hLAA/DXOolB/TM
--------------------------------------------------------------------~-> 

Sageata Albastra e cea mai mare tzeapa a transportului public! 
Yahoo! Groups Links

<*> To visit your group on the web, go to:
    http://groups.yahoo.com/group/protest-ro/

<*> To unsubscribe from this group, send an email to:
    [EMAIL PROTECTED]

<*> Your use of Yahoo! Groups is subject to:
    http://docs.yahoo.com/info/terms/
 



Raspunde prin e-mail lui