Hi,

Thanks Thierry for your detailed mail.
I was also thinking to write the board of Wikimedia France regarding the
ongoing crisis.
But your mail expresses my opinion quite well.

The blindness of board members facing the critics is stunning.
The vain and counterproductive attempts of censorship by moderating the
mailing list and then deleting it seem to be from an old past.
The unjustified removal of certain critical members is also unacceptable.
I still hope that the Board will come back on these decisions before it is
too late.

Regards,

Yann Forget

===
Bonjour,

Merci Thierry pour ce mail long et détaillé.

Je m'apprêtais justement à écrire au CA concernant la crise actuelle que
traverse Wikimédia France.
Mais ton mail remplace avantageusement celui que j'aurais pu faire.

L'aveuglement des membres du CA devant les critiques est sidérant.
Les tentatives vaines et contre-productives de censure en modérant la liste
de discussion, puis en la supprimant semblent d'un autre temps.
La radiation sans motif valable de certains adhérents critiques est aussi
inacceptables.
J'espère encore que le CA reviendra sur ces décisions avant qu'il ne soit
trop tard.

Cordialement,

Yann Forget


Le 18 juillet 2017 à 04:32, Thierry Coudray <tcoud...@gmail.com> a écrit :

> Hello folks,
>
> It has been a long time since I have written on this list. More than for 4
> years. And I thought I would never write again especially about Wikimedia
> France.
>
> For those who do not know me, I'm a former board member, treasurer
> (2010-2011) and executive director (2012) of Wikimedia France, a current HR
> consultant and a quite long time Wikipedian (2005, user:TCY), a project I'm
> still involved and which I care.
>
> During those last weeks former WMFr employees,  WMFr members, even some I
> do not know, have contacted me to know if I'm aware of the current WMFr
> situation, to find out what I think about it and to find out what to do as
> well. If it's gratifying to be recognised, both for my skills and the work
> I have done for WMFr  in the light of my  hasty departure of Wikimedia
> France in december 2012, I stayed deliberately away. First because I have a
> duty of reserve and, for my part, I've strictly followed it. But especially
> because I've turned the page of Wikimedia France even if I had to
> restrain myself
> when I saw what had happened to the great salaried team I had managed.
>
> But a number of things made me think:
> - the latest developments of what could unfortunately be called the WMFr
> affair or WMFrGate with the revolt of many members  facing Wikimedia France
> adrift,
> - the risk of a divorce between French wikipedian community and Wikimedia
> France with the resentment of some WP editors (for example, a call for a
> boycott, fortunatly not yet significant, for the next fundraising which a
> part funds Wikimedia France) and while a national chapter is useful to
> support Wikimedia subjetcs.
> - but above all, the risk that the Wikipedia in French will be damaged when
> this affair will be released to the media. And it will be, I've already
> been contacted by two journalists  (I did not speak with any of them : one
> I really trusted but we did not find the time between our busy schedules
> for sharing, and the other one, I did not trust her and I ignored her phone
> call).
>
> The recent and staggering Samuell Legoff's e-mail convinced me to break my
> four year silence.
>
> I will answer  the e-mail in a kind of "open answer" . I would have
> prefered to post to Wikimedia France mailing list but this list is closed
> for the next 10 days and the WMFr member which has accepted to forward it,
> told me, even with the list opened again, my e-mail would have been
> censored. As Samuel's e-mail has been forwarded, translated and subjected
> to a great deal of comments on this list and many WMFr members are on it, I
> have chosen to publish it here, the only Wikimedia list I'm still on. As
> Florence Devouard, Christophe Henner, Chris Keating, Mike Peel and Itzik
> Edri are also mentionned in my e-mail, it seems correct they are informed.
>
> Sorry answer below to Samuel is in French. I am not fluent enough in
> English for a quick translation and my answer is quite long. But I wanted
> it to be exhaustive and accurate face to all Samuel's statements. I am
> correcting many errors Samuel has made when he speaks about French labor
> law, non profit associations law, HR and management to support the WMFr
> board decisions. I am pointing out what I considered not ethical or wrong
> past board or ED decisions. I am giving  some specific ways in which the HR
> management, governance and ethics could be improved regarding my HR and
> Wikimedia background and last but not least I am trying to explain to
> Samuel and to the WMFr board how much they are mistaken in their
> authoritarian and lack of transparency attitude and locked in a conspiracy
> theory about the FDC decision.
>
> In order to provide transparency and because I would like the Foundation
> audit can go smoothly, I suggest Samuel to formaly encourage any former or
> current WMFr employees to freely testify so to release them of any
> confidentiality
> agreement they could have signed and to formally make the commitment that
> no one will undergo retaliatory measures.
>
> As the primary recipients of my answer are WMFr members, if someone on this
> list could forward my answers as many WMFr members as possible, it would be
> great.
>
> For those who do not read the beautiful French language, I will try to
> translate this next few days but, regarding my burden of work, without
> guarantee.
>
> Regards.
>
> Thierry
>
>
> -----
>
> Samuel,
>
>
> Ces dernières semaines, d'anciens salariés et des membres ou anciens
> membres de l'association, dont certains que je ne connaissais pas, m'ont
> contacté pour me demander si j'étais au courant de la situation actuelle de
> Wikimédia France, savoir ce que j'en pensais et selon moi ce qu'il faudrait
> faire. Si cela est flatteur d'être ainsi reconnu pour ses compétences et le
> travail que j'avais accompli pour Wikimedia France au regard de mon départ
> précipité fin 2012, je restais volontairement en retrait. D'abord parce que
> j'étais tenu à un devoir de réserve et que je m'y suis, moi, strictement
> conformé mais surtout j'avais tourné la page de Wikimédia France même si
> j'avais du me retenir pour ne pas intervenir face à ce qui était arrivé,
> dans l'année suivant mon départ, à l'excellente équipe salariée que j'avais
> managée.
>
> Mais les derniers développements de ce que l'on peut malheureusement
> appeler désormais l'« affaire Wikimédia France », la rébellion d'une partie
> des membres devant la dérive de l'association, le risque de divorce entre
> la communauté wikipédienne et Wikimédia France avec le ressentiment de
> certains contributeurs (avec par exemple des appels au boycott,
> heureusement encore marginaux, de la prochaine levée de fond dont une
> partie finance Wikimédia France) et alors qu'une association nationale
> support aux projets est utile mais surtout le risque que la Wikipédia
> francophone en sorte abimée quand cette affaire sortira dans la presse
> m'ont fait réfléchir. Le contenu de ton récent mail m'a convaincu de sortir
> du silence que j'observais depuis plus de 4 ans.
>
> Je ne te connais pas bien Samuel. Tu es devenu actif dans l'association peu
> de temps avant que j'en parte. Mais pour le peu que je connaissais de toi,
> tu m'apparaissais comme une personne calme et mesurée. Avec ton expérience
> professionnelle conséquente comme assistant parlementaire puis désormais
> comme journaliste, je pensais que le poste de président serait enfin
> pleinement assumé, d'une manière équilibrée et rassembleuse. Récent dans ta
> fonction, tu as hérité d'une situation dégradée laissée par tes
> prédécesseurs. Tu avais donc la possibilité de remettre les choses à plat,
> de calmer le jeu, d'arrêter certaines dérives actuelles de l'association et
> d'écouter les protestataires, dont j'en connais plusieurs, et qui sont loin
> d'être la bande de trolls comme les a très maladroitement décrits la
> vice-présidente de l'association. Beaucoup sont des Wikipédiens impliqués
> et estimés et qui sont pour certains à l'origine ou ont fortement contribué
> aux réussites récentes de WMFr (Wikicheese, le MOOC..). Je suis donc étonné
> par la violence de tes propos, par ce que je perçois comme un déni de la
> réalité, avec un angle de vue unique. Tu ne sembles pas réaliser les dégâts
> que cela peut occasionner à l'association mais également à la Wikipédia
> francophone.
>
> Je passe rapidement sur passage qui me peut me concerner où tu affirmes
> erronément que « *depuis 2013, date à laquelle la gestion des salariés
> posait de nombreux (mais classiques) problèmes humains et légaux, qui ont
> pu être surmontés depuis grâce à cette décision* » (NdR : la nomination de
> Nathalie Martin au poste de directrice exécutive). Je te souhaite comme
> président de retrouver ce que j'ai connu comme directeur exécutif : une
> équipe salariée motivée, contente de travailler pour Wikimédia France
> (aucun turn-over), appréciée de la communauté wikipédienne et des bénévoles
> wikimédiens et un rapport Résultats obtenus (Glam, éducation, levée de
> fonds...) / Coûts très efficient (leurs salaires étaient très raisonnables
> voire sans doute un peu faibles et pour le reste j'étais très vigilant sur
> l'usage de l'argent des donateurs). Et donc qui ne posait aucun problème
> humain ou légal contrairement à ce que tu avances. Mais ton propos illustre
> bien le fossé existant désormais dans l'association car plusieurs membres
> et d'anciens salariés datent eux au contraire le début des problèmes
> humains et légaux à partir de cette décision.
>
> Ton mail a été traduit sur la liste de discussion internationale Wikimédia
> par Chris Keating, un Wikimédien anglophone reconnu, impliqué dans le
> chapter britannique et qui je crois a été membre du FDC dans le passé, puis
> largement commenté par des wikimédiens dont beaucoup connaissent bien le
> fonctionnement d'un chapter et ses relations avec la communauté des
> contributeurs. Les propos ne sont pas tendres à ton égard (Chris évoque
> même la possibilité que Wikimédia France perde l'agrément de la fondation
> qui permet d'utiliser les marques Wikimédia). Tu y a même été traité de
> menteur. Je ne souscris pas à cette dernière accusation. Tu ne mens pas, tu
> te trompes. Certains de tes propos sont objectivement inexacts. J'attribue
> cela à ta méconnaissance du droit et du management d'une association. Et le
> fond de ton propos reflète selon moi une vue biaisée ou sous influence de
> la situation, je ne sais quel terme choisir car j'ai du mal à me
> l'expliquer.
>
> Je vais d'abord réagir sur des points généraux que tu énonces sur le droit
> du travail, la responsabilité du conseil d'administration (CA) ou la
> protection des salariés et où tu affirmes plusieurs choses inexactes. Il me
> parait important que les membres de l'association aient une information
> correcte sur ces points.
>
> Je te cite :
>
> « *Des demandes diverses contraires au droit social et au fonctionnement de
> l’association émergent régulièrement : assister la direction pendant les
> entretiens de recrutements, pouvoir émettre des critiques sans avoir les
> éléments sur la qualité du travail accompli, choisir de sanctionner ou pas…
> Et même que des sanctions puissent être discutées en AG !* »
>
> Que des bénévoles assistent la Direction lors d'entretiens de recrutement,
> le Droit social ne l'interdit nullement. Et le Droit des associations y
> pousserait plutôt car cela est dans l'esprit de la loi de 1901 qui définit
> l'association comme une mutualisation de moyens donc qui encourage
> l'association à utiliser tous les moyens techniques, intellectuels,
> matériels que les membres peuvent fournir. Les membres de Wikimédia France,
> tout bénévoles qu'ils sont, ont par ailleurs pour beaucoup une activité
> professionnelle donc potentiellement des compétences en ressources humaines
> ou en management. Ils peuvent aussi simplement avoir des qualités d'écoute
> ou de jugement et surtout ils connaissent le fonctionnement de
> l'association et pour beaucoup le fonctionnement complexe de la communauté
> wikimédienne. Un atout non négligeable. C'est aussi une manière d'optimiser
> les ressources humaines et financières de l'association et de valoriser les
> compétences des membres. Le recrutement de l'équipe que je manageais a été
> fait ainsi, et j'ai même souhaité une fois directeur exécutif, que cela
> soit maintenu (recrutement de Sébastien) même si la décision finale sur le
> profil me revenait après discussion avec le CA. La qualité des personnes
> recrutées et de leur travail montrent la pertinence de ce modèle. Il
> présente l'avantage d'éviter tout soupçon de favoritisme ou népotisme. Car
> là sur différents échos que j'ai eus, le recrutement a été fait uniquement
> par la Directrice exécutive et plusieurs des recrutés ont un lien familial
> direct ou indirect ou sont des proches de cette dernière ou de Cyrille
> Bertin. Cela ne remet pas en cause leurs compétences mais si cela est avéré
> (et comme mes sources sont fiables, j'ai tendance à le penser), cela est
> contraire à l'éthique que doit avoir une association financée par le don du
> public, surtout que ce financement est obtenu - il ne fait jamais l'oublier
> - grâce au travail bénévole des Wikipédiens. Ce qui oblige l'association à
> être irréprochable sur son principal centre de cout.
>
> Sur le fait de « *pouvoir émettre des critiques sans avoir les éléments sur
> la qualité du travail accompli *», c'est plus délicat. Mais les bénévoles
> travaillant avec les salariés et/ou étant impactés dans leur activité
> wikimédienne/wikipédienne ou autre par le travail des salariés doivent
> pouvoir émettre des critiques. Là encore le Droit social ne l'interdit pas.
> Le principal problème est que le salarié n'a pas la même liberté que le
> membre donc  avec le risque qu'il ne puisse répondre ou se défendre. Mais
> la mise en place de règles conformes à l'éthique wikimédienne et
> l'instauration d'un dialogue, possible au vu de la taille de l'association,
> peut permettre de surmonter ce problème. Il faut donc que le lien entre
> bénévoles et salariés soient permanents et encouragés même si cela rend le
> management plus difficile mais cela facilite la mission de Wikimédia France
> et c'est cela qui est le plus important.
>
> Pour « *choisir de sanctionner ou pas…*», c'est un point où je suis
> d'accord. Il revient à la Direction de prendre cette décision. Encore
> faut-il qu'elle s'exerce dans un cadre clair, défini par le CA et répondant
> à une philosophie discutée au sein de l'association et dont les principes
> ont été validés par ses membres en assemblée générale. Cela est assez
> courant dans le milieu associatif et vu les spécificités de Wikimédia
> France, qui évolue dans la sphère plus large du mouvement Wikimédia et des
> communautés liées aux différents projets (Wikipédia, Commons, etc.), cela
> me parait même obligatoire. Cela aurait évité le conflit récent avec Jules
> qui a du choisir entre les ordres de sa hiérarchie et l'éthique
> wikipédienne. A propos de ce licenciement tu indiques que encore maintenant
> « *Jules est tenu à un devoir de loyauté envers son employeur *». C'est
> inexact, vous avez rompu le contrat de travail donc l'obligation de loyauté
> a disparu. Son contrat de travail peut comporter une clause de
> confidentialité mais la jurisprudence a fortement limité la portée de ce
> genre de clause, souvent jugée abusive (et dans le cas de Wikimédia France
> un peu contraire à ses valeurs). Par contre il faut noter que Jules a été
> d'une grande loyauté à la communauté wikimédienne dans sa présentation des
> évènements après son licenciement au détriment de son intérêt financier
> s'il voulait attaquer ce licenciement.
>
> Tu précises également « *qu’une "clause de conscience"  ne peut être
> invoquée dans ce cadre car elle n’est définie que pour la profession de
> journaliste*.» Là encore c'est inexact. La clause de conscience existe
> également pour des professions médicales (cf. l'article de Wikipédia sur le
> sujet) mais elle a aussi été mise en place dans certains ONG et fondations,
> comme par exemple des fondations d'entreprise où le salarié peut se trouver
> en porte à faux entre le but affiché de la fondation et l'intérêt de
> l'entreprise. A réfléchir s'il ne faudrait pas mettre en place une telle
> clause pour les salariés de Wikimédia France.
>
> Tu t'emportes « *que des sanctions puissent être discutées en AG !* »,
> pourtant elles le peuvent, la loi le permet car l'assemblée générale est
> souveraine dans une association. Je ne dis pas que c'est une bonne solution
> mais le Droit des associations est assez clair. La prochaine AG par exemple
> est tout a fait en droit par un vote majoritaire de s'opposer au
> licenciement de Jules. Pour la bonne gestion d'une association, il faut
> mieux éviter que le management direct des salariés soit fait de cette façon
> et donc je conseillerai de mettre en place ce que je viens d'expliquer plus
> haut.
>
> « *Sur la responsabilité du conseil d'administration* », elle ne peut être
> que morale mais pas légale. Contrairement à ce que tu avances, le CA ne
> sera jamais traduit devant les prud'hommes. Les membres du conseil
> d'administration ne sont responsables qu'à titre individuel et qu'en cas de
> faute personnelle délibérée. La responsabilité légale (donc aussi pénale)
> dans une association repose sur les épaules du président et, pour leur
> domaine respectif, également sur celles du trésorier et du secrétaire et ce
> même en cas de simple négligence ou de « délégation du pouvoir Employeur »
> à un directeur/directrice salarié.
>
> Sur la protection des salariés ce que tu dis est exact. L'employeur a une
> obligation de veiller à la sécurité et à la protection de la santé de ses
> salariés pendant leur travail. Et comme dit plus haut, la délégation
> d'employeur ne dégage pas l'association (donc son président) de sa
> responsabilité. Mais si je suis assez d'accord avec ton propos, je regrette
> qu'il n'ait pas été énoncé plus tôt par tes prédécesseurs. Car là si j'ai
> bien compris, on parle des attaques contre les deux salariés constituant la
> Direction de WMFr (même si je ne comprends pas, comme le FDC, le rôle de
> Directeur adjoint occupé par Cyrille Bertin au vu de la taille de l'équipe
> salariée et du budget de l'association) et comme cela a été signalé sur la
> liste de discussion internationale, l'impression générale de ton mail est
> qu'il vise non pas à sauvegarder l'association comme tu le proclames mais
> plus à sauver les « soldats Martin et Bertin ».
>
> Ton propos me choque au regard que ce que tu dis dans un peu plus loin dans
> ton mail sur la « souffrance » de Nathalie Martin : « *Pour un mouvement
> comme le nôtre qui met en avant ses valeurs d’inclusivité et de
> transparence, nous sommes très surpris que rien ne soit mis en place pour
> prendre en compte la souffrance des salariés et assurer la protection des
> femmes sur leur lieu de travail.* »
>
> Car quand je lis cela, je ne pense pas à Nathalie Martin mais à d'anciennes
> salariées de Wikimédia France. De la souffrance au travail dans
> l'association il y en a eue et il y en a sans doute encore, les témoignages
> que j'ai entendus me l'ont confirmé et crois moi, mon expérience RH me
> permet de différencier une vraie souffrance d'un ressentiment ou d'un désir
> de vengeance. Le turn-over important de l'association en a été une des
> conséquences.
>
> Mais alors je te renvoie la question ; au sein de Wikimédia France qu'est
> ce qui est  « *mis en place pour prendre en compte la souffrance des
> salariés et assurer la protection des femmes sur leur lieu de travail.* »
> ?  Pourquoi cela n'a t-il jamais été abordé ou discuté par le CA avec les
> membres qui ont posé des questions sur le management des salariés ? A à ma
> connaissance, ils n'ont pas eu de réponse satisfaisante, le CA se
> retranchant encore et toujours derrière la « délégation d'employeur »
> accordée à la directrice exécutive. Pourquoi ces salariés n'ont ils pas pu
> exprimer leur malaise ou ce qu'ils affirmaient subir de leur hiérarchie ?
>
> Ce dégagement complet du Conseil d'administration du volet RH de
> l'association est une grave erreur. Car les valeurs humaines que doit
> porter WMFr peuvent être bafouées et l'association perd aussi des
> compétences et des personnes de grande valeur. Il serait utile de mettre en
> place un référent RH au sein du CA (je crois que WMUK l'a fait) ou mieux,
> un comité composé de quelques bénévoles ayant l'expérience du management
> et/ou des RH a qui les salariés puissent librement se confier et qui
> s'assure que les valeurs wikimédiennes de l'association sont bien
> respectées dans la gestion des salariés et que leur parole est entendue et
> avoir une entretien avec chaque partant comme cela est fréquent aussi dans
> de nombreuses organisations.
>
>
> Abordons maintenant ce qui se dégage sur le fond de ton mail.
>
> Il apparait un autoritarisme et un manque de transparence dans le
> fonctionnement de l'association qui ne correspondent pas aux valeurs que je
> connaissais de Wikimédia France. Tu sembles justifier la nécessité de cet
> autoritarisme en proclamant que Wikimédia France ne peut pas être gérée
> comme Wikipédia. Une phrase que j'ai souvent entendue... Crois en mon
> expérience, Wikimédia France ne peut certes pas être gérée comme Wikipédia
> mais Wikimédia France, dont le soutien à Wikipédia est sa principale raison
> d'être et à cause du mode de gestion particulier de ce formidable projet,
> ne peut pas être gérée comme une association classique. Wikimédia France se
> doit de porter les valeurs de Wikipédia sinon l'association ne peut
> simplement pas répondre à sa mission. Il faut donc accepter le débat, la
> confrontation, une large liberté d'expression des salariés et une
> imbrication, pas forcément simple à gérer je le reconnais, entre
> contributeurs, bénévoles et salariés. Et les salariés doivent être formés à
> cela.
>
> Il faut promouvoir aussi une très grande transparence et c'est à toi, en
> tant que Président du CA, de porter cela. Sur ce sujet, l'impression un peu
> lointaine que j'en avais a été confortée par mes échanges récents avec les
> membres et d'anciens salariés. L'association ces dernières années est
> devenue moins transparente dans sa gestion, dans ses dépenses, s'exposant
> du coup aux critiques et aux rumeurs.
>
> Prenons l'exemple des salaires, le principal centre de couts de
> l'association et qui dans toute association avec salariés et bénévoles est
> un point critique et une source de crispation si la transparence n'est pas
> assurée. Prenons le salaire le plus élevé et dont j'ai ces derniers temps
> beaucoup entendu parlé, celui  de la directrice exécutive. Les montants qui
> m'ont été communiqués sont très variés, preuve que le sujet est source de
> rumeurs donc de potentielles crispations dans l'association. Si je me fie
> aux sources que je considère comme fiables, ce salaire semble être passé il
> y a quelques mois de 60 000 €  à  72 000 € brut par an. Impossible pour moi
> de savoir si le montant de ce salaire est exact car il n'est pas public.
> Pourtant la publicité du salaire du dirigeant devient de plus en plus
> fréquente dans les associations ou ONG et il est même obligatoire en France
> (pour je crois les 3 principaux salaires) pour les associations ou
> fondations qui reçoivent de l'argent public. D'autres chapters Wikimédia
> l'ont mis en place: j'ai le souvenir par exemple de WMUK où le détail de la
> rémunération de leur directeur exécutif était visible sur leur wiki
> interne. Pourquoi cela ne l'est pas chez Wikimédia France dont tu vantes
> pourtant la bonne gouvernance ?
>
> Lorsque j'étais membre du conseil d'administration et trésorier de
> l'association, j'avais fait voter une résolution par le CA indiquant que
> tous les salaires de l'association seraient connus des membres et ce en
> plein accord avec les salariés auxquels j'avais expliqué le sens de ma
> démarche. A ma connaissance, cette résolution n'a pas été abrogée, pourquoi
> alors n'est-elle pas appliquée ? Surtout cela a été réclamé au moins une
> fois par un membre, et le président d'alors avait botté en touche en
> indiquant qu'il allait étudier la question avec le trésorier pour au final
> enterrer le dossier.
>
> La transparence sur les salaires peut avoir le défaut de s'exposer à
> certains trolls mais a le grand avantage d'obliger à l'équité entre
> salariés (je ne dis pas égalité, leurs compétences et expériences sont
> différentes) et surtout à accorder un salaire "juste" car l'association a
> l'obligation de justifier son montant devant ses membres et ses donateurs.
> Par cette absence de transparence vous prêtez flanc aux rumeurs.
>
> Ma première réaction sur le salaire de la directrice exécutive a été de le
> trouver élevé au vu la taille de l'équipe salariée et du budget géré par
> WMFr et au regard de ce qui se pratique dans des associations d'intérêt
> général ou des ONG au budget/nombre de salariés similaires sur la région
> parisienne. Mais je peux me tromper. J'imagine que le CA n'a pas accordé ce
> niveau salaire sans une solide étude comparative (menée ou diligentée par
> le CA et non par la directrice exécutive). Pourquoi alors ne pas le rendre
> public ? Pour rappel, j'avais soumis mon salaire de directeur exécutif,  53
> 000 € brut, prime de précarité CDD inclus, à l'approbation des membres
> comme cela se pratique dans plusieurs associations et dans les grandes
> entreprises et j'étais prêt à justifier devant n'importe quel membre ce
> montant.
>
> Je pourrais également citer l'exemple des notes de frais, un autre point
> critique des associations en général.
>
> Cette nécessité de transparence financière est une obligation absolue vis a
> vis des membres et des donateurs. Et là qu'est je lis : «* Nous réaffirmons
> également que si des adhérents possèdent des preuves de malversations, ils
> sont tout à fait à même de les transmettre aux autorités compétentes ; le
> reste n’est que on-dit et intimidation.* »
>
> Ce n'est clairement pas la bonne réponse. Car ici c'est toi qui fait de
> l'intimidation. Y a-t-il des rumeurs de malversations. Oui j'en ai
> entendues. Sont-elles fondées? Aucune idée. Et il sera aussi difficile aux
> membres de s'en faire une idée également, d'en apporter confirmation ou
> infirmation vu le verrouillage actuelle de l'association, sa transparence
> insuffisante et les très fortes restrictions faites aux salariés dans leur
> expression. A cela s'ajoute une difficulté que j'ai mentionnée plus haut
> sur l'éthique de l'association. Le choix d'un comptable ayant un lien
> familial avec Cyrille Bertin (je crois que la comptable précédente était
> elle la voisine de Nathalie Martin). Même si ce comptable est compétent et
> intègre (soyons clair, je ne remet nullement en cause ni l'un, ni l'autre),
> le manque d'éthique dans sa nomination prête le flanc aux rumeurs.
>
> Alors là encore je vais reprendre mon exemple personnel. Lorsque j'étais
> trésorier, j'ai le souvenir d'un membre qui avait protesté en des termes
> peu amènes contre ce qu'il considérait être un manque de transparence dans
> les déplacements de membres du CA. Je ne l'ai pas menacé, je ne lui ait pas
> dit d'aller porter plainte s'il avait des éléments à charge. Je l'ai
> simplement dit que je me tenais à sa disposition pour lui montrer dans le
> détail les frais et les pièces justificatives (factures) et qu'il pourrait
> vérifier que ce détail était bien exhaustif car le total des frais
> correspondrait au total de la ligne comptable validé par l'expert-comptable
> et par le commissaire aux comptes dans nos comptes annuels. Wikimédia
> France disposant désormais d'un comptable, il serait facile de mettre cela
> en place, voire comme le font certaines organisations scandinaves
> publiques, de rendre accessible via un tableur, le détail précis des
> l'ensemble des frais remboursés ou engagées pour les salariés ou les
> membres. Je regrette également le changement d'expert-comptable de
> l'association par Nathalie Martin a son arrivée. Le cabinet que j'avais
> choisi, parmi trois pré-selectionnés par la précédente trésorière Delphine
> Ménard, est dirigé par un expert-comptable réputé sur la région de Paris
> pour son expertise sur la bonne gouvernance des associations. Il aurait été
> de bon conseil.
>
> Un autre point qui le surprend dans tes propos est ce qui m'apparait comme
> un déni de réalité par rapport à tout ce que j'ai pu entendre ou lire ces
> derniers temps. Tu dis que la majorité des membres soutiennent ta position.
> Je te cite de nouveau : « *La récente consultation menée auprès de
> l’ensemble de nos membres a d’ailleurs confirmé l’exaspération et
> l’incompréhension de beaucoup d’entre vous quant à ces pratiques de
> dénigrement qui portent atteinte à l’image de notre association et de nos
> projets. *»
>
> Là, il y a un problème de crédibilité. La liste de discussion est modérée a
> priori et, soyons franc, tout ce qui déplait à la Direction ou au CA n'est
> pas publié, plusieurs membres parlent ainsi de censure au point d'avoir
> créé une liste parallèle assez suivie. Si les personnes s'opposant à la
> direction ou au CA sont interdits de s'exprimer ou exclus de l'association,
> la majeure partie des membres, dont beaucoup sont des « membres passifs »,
> comme dans beaucoup d'associations, n'aura qu'une information filtrée,
> lissée, ce que l'on pourrait appeler la  « ligne du Parti ». Difficile pour
> eux de se faire alors un avis objectif de la situation. Quel crédit alors
> donner à la consultation dont tu parles ?
>
> Tu caricatures aussi trop facilement les opposants. Prenons l'exemple de
> Pyb. Je le prends à dessein car sur ce que j'ai pu lire il est un des
> membres s'opposant le plus à la ligne actuelle de la Direction mais aussi
> car je n'ai pas eu de contacts avec lui depuis mon départ de l'association
> fin 2012. Il ne correspond pas du tout à la définition que tu donnes de
> comportements « *dictés que par des guerres d’ego et des aigreurs
> personnelles *». A moins que ces dernières années, sa fréquentation de
> personnages illustres dans son projet commoniste de couvrir le cimetière du
> père Lachaise l'ait profondément changé, il ne se livre pas à des guerres
> d'égo. Il n'a aucun raison d'être aigri car il est reconnu par son travail
> de contributeur dans les communautés wikipédienne, commoniste et
> wikisourcienne mais également dans son travail de bénévole qu'il exerce
> depuis longtemps pour l'association avec quelques jolies réussites que
> Wikimédia France a d'ailleurs mises en avant pour obtenir la dotation du
> FDC (Wikicheese, Wikiconvention...). Enfin Pyb porte largement les valeurs
> de Wikimédia France. Il faudrait donc mieux que l'association soutienne
> aussi le  « soldat Pyb »  et d'autres membres très impliqués dans
> l'association et dans les projets même s'ils sont très remontés contre la
> Direction actuelle, que le CA les écoute sincèrement quand ils estiment que
> les valeurs de Wikimédia France sont bafouées plutôt que de les clouer au
> pilori.
>
> Toi et le CA semblaient un peu aux abois face à cette exigence de dialogue
> et de changement par de nombreux membres. Par exemple tu annonces que «
> *dans
> le souci de donner la parole à chacun dans un cadre ouvert, constructif et
> collaboratif, nous organiserons à la rentrée une grande réunion à Paris,
> sur laquelle nous vous reviendrons. *» alors qu'en parallèle, vous avez
> freiné l'organisation d'une Assemblée Générale Extraordinaire demandée par
> de nombreux membres. Or dans une association c'est à l'assemblée générale
> que l'on discute de tels problèmes. Elle présente aussi l'avantage, l'AG
> étant souveraine (sur le CA et sur les statuts),  des décisions peuvent
> être prises par les membres, ce que ne permet pas la *« grande réunion *»
> que tu préconises, beaucoup moins démocratique.
>
> Il faudrait aussi éviter de brandir la menace judiciaire («*nous prendrons
> très rapidement les mesures juridiques nécessaires contre les personnes qui
> se livrent à des actions répréhensibles par la loi à l’encontre de salariés
> ou de membres du CA*»), cela est contre-productif, suscite de la peur ou de
> la colère et est perçu par beaucoup comme une volonté de faire taire toute
> opposition. Certaines procédures ou menaces de procédures judiciaires
> menées contre des membres ou d'anciens salariés sont disproportionnées au
> regard de ce qui leur est reproché et comme tu le dis toi même cela génère
> des «* frais élevés d’avocats *». Comme trésorier et comme directeur
> exécutif, j'ai pu aussi subir des remarques un peu mesquines, prendre des
> coups. Je n'allais pas engager l'argent de l'association, qui on ne le
> répète jamais assez, est l'argent des donateurs, dans des procédures
> judiciaires contre ceux qui me critiquait ou critiquait le CA  ! Les frais
> d'avocats étaient alors dépensés plus utilement dans la défense par exemple
> de patrouilleurs de Wikipédia injustement attaqués en justice. Il faut
> revenir à un peu plus de raison.
>
> Tu déclares que « *cette problématique concerne le mouvement Wikimedia dans
> sa globalité : beaucoup d’autres chapitres et la fondation elle-même
> rencontrent des problèmes de gestion des salariés, d’ingérence de bénévoles
> et de souffrance au travail.*»  Sans doute même si aussi plusieurs
> chapitres n'en ont pas rencontrés, ou pas dans de telles proportions. Et la
> fondation et les chapitres qui en ont rencontré ont pris des mesures,
> souvent les mêmes car faisaient face aux même causes (autoritarisme,
> pouvoir trop concentré, manque de dialogue avec les salariés, etc. ) ,
> pourquoi ne pas s'en inspirer ?  La fondation a même innové : elle a
> augmenté l'ingérence des bénévoles en créant le FDC !
>
> Enfin les accusations publiques portées contre Florence Devouard et celles
> contre Christophe Henner, pour justifier la diminution de la dotation du
> FDC, me laissent très dubitatif.
>
> Pour Florence, elle a raison de s'inquiéter si la création d'un fond de
> dotation est à l'étude sans que les membres en aient été informés alors que
> le projet semble déjà avoir été discuté avec d'autres organisations. Au vu
> de la méfiance actuelle sur la transparence de l'association, sa réaction
> est assez normale. Florence peut être parfois excessive mais cela
> s'explique par son profond attachement à Wikimédia France qu'elle a
> contribué à créer, aux projets, au mouvement Wikimédia et aux valeurs qu'il
> portent et auxquels elle a beaucoup donné. Pour éviter le problème que tu
> évoques, il aurait été plus simple, plus transparent de ne pas censurer son
> mail sur la liste de discussion de l'association et d'y répondre
> directement si tu pensais qu'il s'agissait d'« *allégations infondées* ».
>
> Pour Christophe, je suis assez surpris et trouve les reproches faits un peu
> curieux. Je le dis d'autant plus facilement que je me suis souvent affronté
> à lui car nous avions une vision radicalement différente de la bonne
> gouvernance de Wikimédia France ou du management de salariés et que la
> situation actuelle de l'association me donne douloureusement raison.
>
> Je te cite « *Nous avons ensuite été contraints de signaler à la fondation
> des agissements graves de Christophe Henner à l’encontre de Nathalie Martin
> quand il était président de Wikimédia France et donc l’employeur de
> Nathalie* ». D'abord une remarque : Christophe n'était pas l'employeur de
> Nathalie Martin. L'employeur c'était Wikimédia France représenté par le
> Conseil d'administration. Et sauf si le CA avait donné une délégation
> expresse à Christophe sur ce point, il n'était pas son hiérarchique et
> Nathalie Martin n'avait pas de lien de subordination. Si de tels faits ont
> pu se produire, cela démontre un sérieux problèmes de gouvernance, de
> maturité et d'attention des membres du CA qui étaient en contact régulier,
> au moins pendant les réunions trimestrielles, avec la directrice exécutive.
> Maintenant je peux comprendre que cela n'est sans doute pas facile pour une
> directrice exécutive d'affronter son président, quoique, mais pourquoi
> Nathalie Martin n'a-t-elle rien signalé au conseil d'administration ou ne
> s'est-elle pas confié à certains de ses membres ? Pourquoi, alors qu'elle a
> lancé une procédure judiciaire personnelle mais appuyée (financée ?) par
> l'association contre un ancien salarié pour un motif que je juge assez
> futile, ne l'a-telle pas fait contre Christophe alors que le motif avancé
> est beaucoup plus grave ? Pourquoi ces accusations n'apparaissent-elles
> qu'en mars dernier avec le mail d'Emeric Vallespi, alors président, au
> moment si je ne me trompe où cela s'annonçait mal pour la dotation du FDC ?
>
> Sans que je juge si les accusations sont fondées ou pas, je n'ai aucun
> élément pour le faire, tu admettras que cela affaiblit ces accusations.
> Enfin pour avoir en tant que responsable RH eut à traiter des cas de
> harcèlement dans ma vie professionnelle d'un homme vers une femme,
> puisqu'il faut appeller un chat un chat, c'est de cela qu'il s'agit, je
> m'étonne que Christophe ait été un fervent défenseur du recrutement direct
> de Cyrille Bertin, le conjoint de Nathalie,  répondant assez vertement aux
> protestations de quelques membres sur ce choix et le mode de recrutement.
>
> Surtout je trouve que lier la décision du FDC a une influence de Christophe
> est insultant pour le travail et l'éthique des membres de ce comité qui
> sont des bénévoles souvent très engagés dans la vie de leur chapter et des
> contributeurs des projets donc qui peuvent avoir une vision juste de
> l'utilisation des fonds faite par les organisations postulantes au FDC. Je
> ne les connais pas tous (4 ans que j'ai quitté le mouvement) mais pour ceux
> que j'ai eu l'occasion de connaitre  (Mike Peel et Itzik Edri), se sont des
> personnes de grande valeur et ayant une forte éthique.
>
> Pour résumer, là tu donnes l'impression que le CA et les salariés sont dans
> un château assiégé dont on a remonté le pont levis, mettant au passage la
> plupart des salariés en position inconfortable et non pas protectrice comme
> tu le prétends. Et tu alimentes une théorie du complot à laquelle j'ai
> l'impression que seules les membres du CA et les deux salariés de la
> Direction adhèrent, perdant beaucoup de crédibilité dans le mouvement
> Wikimédia et dans la communauté wikipédienne.
>
> Voila j'espère vivement que les membres de Wikimédia France pourront
> prendre connaissance de ces informations et que toi Samuel et les autres
> membres du CA, tu reviendras à une présidence rassembleuse, qu'avec les
> autres signataires de ton mail, vous sortiez de l'aveuglement ou du
> sentiment de persécution dans lequel vous vous êtes enfermés et que vous
> réalisiez la situation dans la laquelle est aujourd'hui Wikimédia France,
> le risque que vous faites courir pour la pérennité de l'association et
> surtout le risque que vous faites courir à Wikipédia.
>
> J'ai appris que la fondation allait diligenter un audit. Dans un souci de
> transparence et pour le meilleur déroulement possible de cet audit,  je
> suggère que toi, Samuel, en tant que président de Wikimédia France tu
> permettes à tout ancien ou actuel salarié de pouvoir témoigner librement,
> donc de délivrer de la clause de confidentialité ceux qui en ont signé et
> que tu t'engages formellement à ce qu'aucun salarié actuel ou passé ne
> subisse de mesures de rétorsion suite au témoignage qu'il pourrait faire
> devant les auditeurs.
>
>
> Cordialement
>
>
> Thierry
> _______________________________________________
> Wikimedia-l mailing list, guidelines at: https://meta.wikimedia.org/
> wiki/Mailing_lists/Guidelines and https://meta.wikimedia.org/
> wiki/Wikimedia-l
> New messages to: Wikimedia-l@lists.wikimedia.org
> Unsubscribe: https://lists.wikimedia.org/mailman/listinfo/wikimedia-l,
> <mailto:wikimedia-l-requ...@lists.wikimedia.org?subject=unsubscribe>
_______________________________________________
Wikimedia-l mailing list, guidelines at: 
https://meta.wikimedia.org/wiki/Mailing_lists/Guidelines and 
https://meta.wikimedia.org/wiki/Wikimedia-l
New messages to: Wikimedia-l@lists.wikimedia.org
Unsubscribe: https://lists.wikimedia.org/mailman/listinfo/wikimedia-l, 
<mailto:wikimedia-l-requ...@lists.wikimedia.org?subject=unsubscribe>

Reply via email to