Bonjour,

Le 12/02/2018 à 19:05, Laurent GUERBY a écrit :
> [snip]
> Bonsoir,
>
> Cette situation est bien connue de ceux qui militent pour l'ouverture
> des données publiques en France. 
>
> [rant français]
>
> Dans le cas discuté ici tout est disponible publiquement :
>
> https://donneespubliques.meteofrance.fr/client/gfx/utilisateur/File/Red
> evances_Portail_DonneesPubliques.pdf
> page 13
> <<
> 3.4. Service Premium
> Le service Premium concerne les données de modèle de prévision
> [snip]
> unité correspond à un volume de 10 Go de données transférées
> quotidiennement. Le tarif d’une unité
> s’élève à 5 040 €.
> Mon analyse en 2016 (le tarif n'a visiblement pas changé) sur les
> listes d'une association bien connue de promotion de l'open data :
>
> <<
> 10 Gbyte/jour = 1 Mbit/s
>
> Pour reference l'interconnection la plus chere de **operateur**
> est a 2.5 EUR HT / Mbit/s / mois, donc pour 1 Mbit/s sur un an ca fait
> 30 EUR HT a comparer avec 5040 EUR HT de Meteo France, un facteur 168
> donc entre le cout du marché et le "cout d'utilisation" de Meteo
> France.

Ce n'est pas comparable. D'un côté tu compare des prévisions météo qui
ont été produite par des algorithmes très compliqué développé par des
gens très doué, ces prévisions sont calculés par des gros cluster qui
coûtent bien cher.
C'est de la grosse valeur ajoutée.

De l'autre côté, tu compare le Mbps transporté par un opérateur qui n'a
pas vraiment de valeur ajoutée.

Météo France produit de la data et la vend, je trouve bien normal que
cette valeur ajoutée soit rémunérée à un prix plus important que le Mbps
d'un transporteur.

Ceci dit, le mode de valorisation de la data au Mo par rapport à un
objet métier météo est bizarre.

> [rant] 

-- 
Jérôme Marteaux


---------------------------
Liste de diffusion du FRnOG
http://www.frnog.org/

Répondre à